Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nappy En Herbe

Nappy En Herbe

Le partage, mes envies, vos envies De quoi faire de ce blog un blog d'un autre type, un blog qui nous ressemble.


Us et Coutumes Afrikanité : le Djal-djal

Publié par ChatounAppy sur 28 Juin 2017, 22:04pm

Catégories : #Articles divers

"Du sable du Maghreb aux montagnes du Kenya, de la beauté des pays d’Afrique de l’Ouest à la diversité insolente du Cameroun, de la richesse de la RDC aux belles œuvres d’Afrique du Sud, les gens y vivent et les modes, us et coutumes s’emploient parfois totalement différemment. Raison pour laquelle, il convient d’extirper de l’histoire, des bribes d’explications sur certaines habitudes en pratique courante ou moins d’un bout du continent à l’autre."    -Prince de Bangoua-

"Du sable du Maghreb aux montagnes du Kenya, de la beauté des pays d’Afrique de l’Ouest à la diversité insolente du Cameroun, de la richesse de la RDC aux belles œuvres d’Afrique du Sud, les gens y vivent et les modes, us et coutumes s’emploient parfois totalement différemment. Raison pour laquelle, il convient d’extirper de l’histoire, des bribes d’explications sur certaines habitudes en pratique courante ou moins d’un bout du continent à l’autre." -Prince de Bangoua-

 

 

Bonjour/Bonsoir mes flowers du désert.

Après en avoir parler brièvement sur un post Instagram, j'ai aujourd'hui décidé de muter ce post Instagram en article car j'aime beaucoup cet objet aux milles et unes attributions.

Djal-djal, Zigida,Baya,...
Ses noms sont variables, ses formes et ses couleurs aussi.
Il vient orner les hanches de ces femmes dont les mêmes hanches portent le berceau de l'humanité. Ses femmes africaines, principalement de l'Afrique de l'Ouest qui sont dès le plus jeune âge bercées au rythme du bruit des perles de rocaille, de bois ou d'autres matériaux précieux ou pas. 

 

Tantôt fin, tantôt épais...
Tantôt seul, tantôt plusieurs...
Tantôt sous le pagne bien au frais...
Tantôt mêlé à la sueur...

Laissez moi vous conter l'histoire de ce bijou de corps, et de ses perles, qui est aussi vieux que l'art de la séduction. 

les perles en Afrique (historique)

Une perle est caractérisée par le matériau qui la constitue, sa forme, sa couleur, ses gravures (si existantes). Tant de versatilité permettant à chaque perle et à chaque bijou d'être l’expression d’une combinaison qui lui est propre. 
 
L’histoire des perles se confond avec les origines de l’humanité. Les plus anciennes perles connues sont des dents d’animaux incisées et portées en pendentif datant de 38 000 ans. Cependant, vers 2 400 avant Jésus Christ, les Égyptiens produisaient déjà des perles en pâte de verre et  les bijoux les plus recherchés étaient en pierres, la serpentine, l’agate, la turquoise, le lapis-lazuli et autres pierres semi-précieuses étaient alors utilisées comme des perles. Plus tard, le travail de la silice permettra de produire des perles moins coûteuses que les pierres et d’en maîtriser au mieux les formes et les couleurs

En Afrique, il existaient de nombreuses tribus utilisant les perles comme signe distinctif de richesse, de niveau de spiritualité ou de situation matrimoniale. Aujourd'hui encore on peut observé les traces de cela chez certaines tribus.

Prenons exemple des jeux de perles zoulous que l'on peut observer de nos jours :

Les zoulous ont inventés un véritable langage des perles pour transmettre différents messages, chaque couleur ayant une signification : le blanc désigne la pureté de l’amour, le noir la nuit, le rose la pauvreté, le vert la fertilité, le bleu le ciel, autant de signification que de couleur.

Certaines perles indiquaient également l’âge, le sexe, la situation familiale, le statut, etc., de celui qui les portait. Disposées selon un code dans les objets familiers, elles transmettaient de véritables messages. Les plus fameux étaient les petits panneaux accrochés au collier, réalisés par les jeunes filles qui les offraient ensuite à l’élu de leur cœur. 

Le garçon offrait des perles en vrac au amies de la jeune fille, l’objet finit transmettait un message codé par la disposition, les couleurs et la nature des perles. Vers le milieu du XIXème siècle, les perles devinrent ainsi essentiellement un moyen de communication entre les amoureux. Les différentes techniques de broderie étaient élaborées à la cour par les femmes et les jeunes filles qui les diffusaient dans tout le royaume lorsqu’elles partaient s’installer dans d’autres après leur mariage.

Oui i y'a une histoire en Afrique avant l'arrivée des colons (lol).

Au Gabon, ma très chère terre natale, les perles font aussi partie de la tradition et des Us courants. La "perle" qu'e l'on y retrouve le plus, est "Le Cauris",

comme un coquillage blanc fendu (qui pour moi est le signe de la féminité à cause de sa forme rappelant l'anatomie féminine)

 

Traditions

Les perles ont une importance culturelle bien spécifique en Afrique. Elles sont portées au cou, aux chevilles, aux oreilles, aux hanches.

Certaines sont même utilisées lors de rituels religieux car on leur confère des pouvoirs mystiques. Et enfin, elles sont symbole de richesse et servent souvent de signe distinctif de rang social.

Exemple de cauris sur une tenue traditionnelle d'une jeune mariée au Gabon (Afrique Centrale)

Les colliers de taille ont plusieurs fonctions. Ils jouaient à la fois un rôle de protection, puisqu’ils étaient utilisés à l’origine pour guérir les maux de reins et le rôle de décoration "séductrice".

Mais le rôle qui nous intéresse le plus ici, est celui d’accessoire de séduction.

A cet effet, il existe plusieurs types de colliers de taille. Au Sénégal par exemple, les Djal-djal sont les petits colliers portés en grand nombres sur les hanches. Le Ferl est fait de grosses perles dont le frottement fait du bruit lorsque celle qui la porte se déplace. Le bruit est bien sûr pensé et souhaité puisqu’il éveille la curiosité et appelle à l’imagination des hommes qui se trouvent dans les alentours. Le Pêmê quant à lui, fait référence aux colliers phosphorescents, nous vous laissons imaginer ses potentialités et enfin le Moromoro est parfumé, il sert dit-on à enivrer son homme.

Comme il est écrit, le bijou de rein est réservé à "son homme". Il s'agit d'un objet fait, travaillé et assemblé de telle sorte à plaire à l'œil dans le cadre des jeux de chambre.

Le côté "magique" de cet objet se retrouve dans l'utilisation des perles dans le culte vaudou originaires des régions côtières du Golfe de Guinée. Pour ces peuples, le cosmos est un ensemble de forces, appelées « vaudous », qu’il est possible, en respectant scrupuleusement certaines règles, de capter, diriger, exploiter ou neutraliser. Les Vaudous étant semblables en tout point aux Hommes et surtouts aux homme, la femme s'en sert pour garder son homme.

Bonus

Il peut parfois être parfumé
Il permet de soulager les maux de reins ou de dos
Il permet de donner une belle forme au bébé
Il permet de creuser les reins

Celon le pays, les coutumes, il lui est attribué tant de possibilités.

Le Baya.
 

Le mien <3

Encore merci pour la lecture,

on aime, on partage et pourquoi pas on s'abonne <3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents